Mode Choc - Le Blogue

Lancement de la collection de vêtements de sport Active.mc : Entrevue avec notre ambassadrice Stéphanie Gagnon

Écrit le : 21 septembre 2017

Nous sommes plus qu’enthousiastes d’annoncer notre récente alliance avec la Société canadienne du cancer, dans le cadre de la venue de notre nouvelle collection de vêtements de sport pour femmes,  filles et petites filles. Afin de diffuser l’annonce de ce partenariat, dont nous sommes si fiers, avait lieu le 21 septembre dernier le lancement d’Active.MC à notre succursale de Chicoutimi. Pour chaque vêtement de la collection vendu sur une période d’un an, 1 $ ira à la SCC, pour un objectif total de 10 000$. Il s’agit d’un partenariat fort inspirant grâce auquel nous souhaitons faire une différence dans notre milieu et par le biais duquel nous souhaitons apporter notre soutien à ceux parmi nous qui mènent ce dur combat. Nous sommes extrêmement choyés que Stéphanie Gagnon, combattante du cancer, soit notre ambassadrice pour cette collection. Nous souhaitons que cette marque inspire, tout comme Stéhpanie, force et courage.

Afin d’en connaître davantage au sujet de Stéphanie et de son histoire, nous lui avons posé quelques questions.

 

Bonjour Stéphanie,

Comment vas-tu aujourd’hui ?

Très bien, merci.

Peux-tu nous parler un peu de toi? As-tu un copain, une famille? Que fais-tu dans la vie?

J’ai 42 ans et je suis native de Jonquière. Maintenant, je vis à Chicoutimi avec mes trois enfants : Samuel 10 ans, Alexandre 13 ans et Marie-Pier 16 ans. J’enseigne en première année depuis 11 ans en trouble de comportement à l’école Antoine-de-St-Exupéry à Chicoutimi. Ce sont des élèves super attachants avec qui j’ai beaucoup de plaisir. C’est une école formidable avec beaucoup de services pour venir en aide à ces étudiants. J’adore interagir avec les enfants et les aider dans leurs apprentissages. J’ai aussi un copain depuis deux ans et nous avons plusieurs projets ensemble.

Stéphanie, quand as-tu appris que tu étais atteinte du cancer?

C’était le 18 février 2016.

Quel type de cancer était-ce?

Un cancer du sein gauche stade 0. À ce stade, le cancer est restreint à un endroit et non répandu à travers le corps.

Comment l’as-tu découvert?

J’allais voir un médecin pour un examen de routine et, en même temps, j’en ai profité pour lui demander une mammographie, car plusieurs personnes dans ma famille avaient été atteintes d’un cancer du sein. Après avoir un peu insisté, car on me disait qu’avant 50 ans il n’y avait pas de problème, le médecin m’a fourni un papier fait assez rapidement. Je l’ai laissé traîner un moment chez moi en me disant qu’il n’y avait rien d’alarmant. Ce n’est que quelques temps après que j’ai décidé d’aller passer le fameux test.

Quelques semaines après mon examen, le médecin m’a appelée pour me demander de repasser d’autres tests puisque les clichés n’étaient pas très beaux, tout en me spécifiant que rien n’était inquiétant. J’y suis donc retournée et, une semaine après, mon médecin m’a convoquée dans son bureau. Et la suite, vous la connaissez : cancer du sein stade 0. Je vous confirme que c’est réellement le sentiment de tomber à la renverse que l’on ressent lorsqu’on nous annonce ce genre de nouvelle.

Dans mon cas, je me dis que c’est une chance dans une malchance parce qu’on l’a découvert tôt. Je ne dirai jamais assez aux femmes d’aller passer le test et de ne pas hésiter à le faire. C’est un test vraiment important qui, pour ma part, m’a permis de découvrir cette maladie à temps.

Quelles ont été les différentes étapes par lesquelles tu es passée pendant ce parcours?

Premièrement, il y a la biopsie. Ensuite, la mastectomie partielle et, finalement, la radiothérapie. Pour ma part, j’en ai fait un mois et demi tous les jours. Ça affaiblit fortement le système immunitaire, donc je vivais beaucoup de fatigue. J’ai terminé la radio en juillet l’an passé, mais la fatigue s’est poursuivie un moment après cela. Maintenant, je me sens bien autant mentalement que physiquement.

Quel était ton état d’esprit pendant ce combat?

Quand j’ai appris la nouvelle, j’étais complètement perdue et fâchée; je ne comprenais pas pourquoi ça m’arrivait à moi. Cette question, je me la suis tellement posée: « Pourquoi moi ? Qu’est-ce que j’ai fait ? » J’étais aussi beaucoup inquiète pour mes enfants.

Mes amis, qui venaient avec moi en radiothérapie, m’ont beaucoup aidée à garder le moral. Ils me raccompagnaient chez moi après chaque traitement, je ne les remercierai jamais assez pour ça. De plus, je me suis tournée assez rapidement, au cours du processus, vers la Société canadienne du cancer, question d’avoir en ma possession tous les éléments qui pouvaient m’aider. Je voulais avoir le plus d’outils possible afin de m’aider à vaincre la maladie et c’est exactement ce que nous offre la Société.

La Société canadienne du cancer m’a tellement aidée. J’ai été mise en contact avec Virginie rapidement. Elle a écouté mon histoire avec patience et m’a soutenue pendant toutes les étapes par lesquelles je suis passée. Elle a été formidable, à l’écoute et tellement compréhensive. Elle m’a conseillé l’art thérapie qui s’est avérée très bénéfique dans mon cas. Ce sont des rencontres, une fois par semaine, où l’on fait du dessin, de la peinture, de la création, bref, tout ce qui nous passe par la tête. Au début, on était un groupe de douze, mais plus le temps avançait et plus le groupe s’est resserré. Les rencontres se sont terminées et nous étions cinq… très unis. Cette expérience m’a permis de garder le moral. Sans ça, je ne serais pas rendue là où je suis aujourd’hui. Ces personnes me comprenaient réellement parce qu’elles vivaient la même chose que moi. C’est pour cela que c’était juste avec eux que je me permettais de me laisser complètement aller. Maintenant, nous nous rencontrons aux six mois pour prendre un café, nous sommes restés très proches. La prochaine fois que je vais les voir, ce sera dans ma nouvelle maison. Des gens viennent de partout pour nos rencontres, c’est touchant.

J’ai recommencé à travailler au mois d’avril, un an après cette épreuve, j’étais prête et rendue là. Ça m’a vraiment fait grandir, j’ai pris conscience de la force que j’ai et maintenant plus rien ne peut m’arrêter puisque je sais que j’ai en ma possession les outils pour traverser n’importe quelle épreuve.

Comment tes enfants ont-ils réagit?

Samuel a tout de suite voulu aider les autres personnes qui étaient atteintes. Il s’est fait raser pour Leucan (association pour les enfants atteints du cancer). Alexandre et Marie-Pier, pour leur part, me rendaient plus service et prenaient plus soin de moi. Ça m’a vraiment permis de me rapprocher de ma famille et de tisser des liens forts.

Cette expérience t’a-t-elle changée à un autre niveau que physique?

J’ai découvert que j’étais plus courageuse que je ne le pensais et j’ai réalisé que j’étais vraiment bien entourée. J’ai aussi pu enfin répondre à la question qui m’a tant rongée au début de mon combat. Pourquoi moi ? Eh bien, j’ai la certitude que c’était pour prendre conscience de la force que j’ai et pour démontrer à mes enfants que nous avons tout en notre pouvoir pour traverser les épreuves qui nous paraissent quelques fois insurmontables.

Que dirais-tu aux gens qui sont en train de combattre cette terrible maladie?

J’ai plusieurs choses en tête, je les comprends tellement!

Le meilleur conseil que je peux leur donner est de s’entourer de gens qui leur font du bien.

En terminant, as-tu des projets qui te tiennent à cœur et que tu aimerais réaliser maintenant que cette étape de vie est derrière toi?

Oui, nous allons prendre possession de notre nouvelle maison, mon copain et moi, en septembre prochain. Avec le cancer, j’ai réalisé qu’on ne sait jamais ce qui nous attend. C’est pourquoi, pour moi, c’était important de le faire vite. C’était mon rêve et maintenant je le vois se réaliser, quel bonheur! J’ai aussi l’intention de me marier l’an prochain. L’année 2017 sera bonne pour moi! J’en suis convaincue!

Stéphanie, tu étais avec nous le 21 septembre dernier pour le lancement de notre nouvelle collection de Yoga Active.MC en partenariat avec la Société canadienne du cancer. Que représentait cet événement pour toi?

Oui, bien sûr que j’y étais!

Malgré cette épreuve en 2016, cet événement démontre qu’il n’y a pas seulement du négatif lié à ce que j’ai vécu. Ça ouvre plein de portes derrière lesquelles se trouvent des projets intéressants, comme celui-ci, où je me retrouve mannequin. Ce projet me permet aussi d’aider d’autres personnes qui vivent ce que j’ai vécu. C’est donc une façon de donner au suivant et de continuer ce périple dans le positif.

Stéphanie, merci beaucoup de nous avoir raconté ton histoire, tu es une source d’inspiration pour nous toutes! Ta force et ton courage sont honorables et nous sommes fiers d’être associés à toi dans ce grand projet!

Sans plus attendre, voici la collection Active.MC

Voir la collection pour femme

Voir la collection pour fille (7-14)

Voir la collection pour petite fille (2-6X)

 

 

 

 

 

0

Derniers articles